Sélectionner une page
trail écologie
Trail running et écologie : comment diminuer l’impact de ses courses sur la nature ?
by betrail
Mar 2, 2022

On ne peut nier la pression croissante sur notre environnement naturel à l’heure actuelle.

Les populations mondiales d’animaux sauvages ont diminué de 68% depuis 1970, selon le rapport Living Planet 2020 du WWF. Et parmi les vertébrés, la perte pourrait atteindre les 75% d’ici 2025. 

La pollution, le changement climatique et l’activité humaine telle que la destruction de l’habitat y ont contribué, avec un impact plus important sur les animaux dans les rivières, les lacs et les zones humides. Une espèce végétale sur cinq de la planète est menacée d’extinction, selon le rapport sur l’ état des plantes dans le monde publié en 2016. La plus grande menace pour les plantes est la destruction de l’habitat pour l’agriculture à 31%, suivie de la déforestation à 21% et de la construction de bâtiments et d’infrastructures à 13%, et du changement climatique à 4%, selon le rapport.

L’une des histoires les plus sombres de 2018 a été celle d’un cachalot de 6 tonnes s’échouant sur les côtes du sud de l’Espagne avec 29 Kg de plastique dans l’estomac ; un indice du rythme alarmant auquel notre dépendance au plastique à usage unique affecte la planète. La crise du plastique est véritablement mondiale, et les chiffres sont stupéfiants : une étude de 2015 a révélé qu’entre 4,8 et 12,7 millions de tonnes métriques de plastique s’ajoutent dans l’océan depuis la terre chaque année. D’ici 2050, il y aura plus de plastique que de poisson dans l’océan en poids.

Si ce qui précède ne vous oblige pas à faire un audit minutieux de notre propre mode de vie et à mesurer notre  impact environnemental personnel, alors vous vivez avec des œillères bien en place. Nous avons encore la chance d’avoir une abondance d’environnements extérieurs où nous pouvons profiter d’une biodiversité relativement intacte et d’une abondance de vie végétale et animale. Mais ces espaces extérieurs nécessitent urgemment soins et protection, si nous voulons continuer à avoir le privilège de découvrir leur beauté en tant que coureurs de trail.

Comment la communauté du trail running peut-elle affecter la nature ? 

Nous avons interviewé Xavier Pirard, géographe, écologiste et également coureur de trail passionné.

Restez sur les sentiers – c’est une évidence et pourtant je suis étonné du nombre de personnes que je vois sortir du sentier pour avoir une «meilleure vue». Je ne connais pas de coureurs de trail qui le fassent, mais ne prenez pas de raccourcis, en particulier dans les descentes raides. Ceux-ci deviendront rapidement des points d’érosion. Et les gens sont comme des moutons, une fois qu’une personne l’a fait, d’autres suivront et avant que vous ne vous en rendiez compte, vous aurez un réseau de sentiers secondaires infinis.

Sautez par-dessus les flaques d’eau lorsque cela est possible plutôt que de les contourner. Faire le tour des flaques d’eau entraîne un élargissement du chemin. Cela s’applique essentiellement à la plupart des obstacles, lorsque cela est possible, plutôt passer par-dessus qu’autour.

À moins que vous n’ayez des genoux en compote ou que vous ne fassiez un ultra, laissez plutôt les bâtons de trekking derrière vous. Les pointes s’enfoncent dans la surface du sentier (plus que vos semelles) et peuvent exacerber les points d’érosion potentiels. Malheureusement, ceux-ci sont souvent utilisés dans les montées et les descentes où le risque d’érosion est plus élevé mais aussi où l’avantage des bâtons de trekking est à son maximum.

Si vous avez fait une épreuve de trail, cela ne veut pas dire que le trail est forcément ouvert pour le reste de l’année aux coureurs. Vous pouvez maintenant avoir une trace GPS de l’itinéraire, mais cela ne signifie pas que vous pouvez réexécuter l’itinéraire. Les organisateurs d’événements obtiennent souvent une autorisation spéciale pour relier différents itinéraires afin d’offrir une expérience inédite. L’approbation peut s’accompagner de restrictions sur le nombre de participants ou sur l’heure de la journée et la saison auxquelles l’événement peut avoir lieu. Certains itinéraires peuvent être des sentiers de randonnée payants et sont alors par défaut non ouverts au grand public afin d’offrir une certaine expérience au randonneur (éloigné, sauvage, personnel, etc.).

Ne jetez pas de déchets – encore une fois, c’est une évidence d’utiliser une gourde et des emballages écoresponsables pour réduire son impact. Mais cela devrait également concerner votre trognon de pomme ou votre peau de banane. Oui, il se décomposera avec le temps, mais il peut également attirer des animaux sauvages sur les sentiers. Emportez-le plutôt avec vous.

S’il s’agit d’un sentier payant ou si vous avez besoin d’un permis, payez vos frais et obtenez un permis. Vous ne le pensez peut-être pas, mais cet argent aide à l’entretien des sentiers.

S’il existe un journal de bord, inscrivez-vous. Ceci est également important simplement pour des raisons de sécurité. Par exemple, en cas d’incendie, ces journaux seront vérifiés pour savoir si des personnes se trouvent sur des sentiers dans la région.

Respectez les autres utilisateurs du sentier. Ici, je ne parle pas du genre humain mais plutôt du genre à plumes et à quatre pattes. J’ai rencontré à de nombreuses reprises du gibier lors de mes courses, mais la liste totale des rencontres comprend aussi des rencontres avec des rapaces, des oiseaux migrateurs, des batraciens, castors, musaraignes, etc. 

Ce sont des moments privilégiés, des moments que je chéris et des moments qui priment sur les statistiques de rythme, de distance et de durée. Si vous les voyez devant vous, ralentissez et profitez du moment.

Nettoyez les chaussures. Surtout si vous allez courir dans une zone protégée. Nous portons tous des graines sur nos chaussures que nous pouvons ensuite amener dans de nouvelles régions. Nous sommes particulièrement préoccupés par les espèces exotiques envahissantes. Oui, cela implique également les randonneurs et les vététistes.

«Je suppose qu’en fin de compte, notre comportement sur le sentier se résume à nos valeurs, au type de relation que nous voulons avec le sentier et à la façon dont nous nous voyons dans la nature. Pour moi, une grande partie du trail est d’être immergé dans la nature et de faire l’expérience du trail. Être conscient de nos intentions et de nos actions et conscient de la façon dont celles-ci peuvent avoir un impact sont des réflexions importantes pour nous tous.

Oh hello! I am betrail

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code